RC professionnelle obligatoire pour les architectes-paysagistes

“Qui casse paie”

Les responsabilités couvertes par l'assurance responsabilité civile“Qui casse paie” : ce vieux dicton, tout le monde l’a prononcé un jour. Il forme également la base des relations mutuelles dans de nombreux domaines. Toute personne qui cause un dommage à une autre personne (ou à ses biens) est tenue de le réparer ou de remplacer les biens endommagés. Si ce remplacement n’est pas possible, une compensation financière peut s’y substituer. Ce principe a été formalisé dans les articles 1382 à 1386 du Code civil et constitue la base de l’assurance en responsabilité civile (RC).

Toute personne ayant causé involontairement un dommage à un tiers peut transmettre l’obligation de dédommagement à une compagnie d’assurances, moyennant le paiement d’une prime d’assurance. C’est ainsi qu’est née la RC familiale (pour les dommages que vous causez dans le cadre de votre vie privée), la RC auto (pour les dommages causés en conduisant une voiture) …

Dans le cadre de vos activités professionnelles également, vous pouvez causer des dommages à des (biens de) tiers. Cela peut survenir de votre propre fait ou de celui des personnes désignées par vous, de votre matériel ou de vos installations. En fonction de votre profession, le risque qui peut être provoqué varie. Le risque qu’un entrepreneur, qui doit parfois travailler avec des échelles ou des machines chez quelqu’un, dans ou autour de sa maison, cause un dommage, est plus élevé que lorsque vous, en tant qu’architecte de jardin ou architecte-paysagiste, discutez un dossier avec un client. Toutefois, il est possible par exemple que l’échelle d’un entrepreneur tombe sur une vitre ou qu’un architecte de jardin ou architecte-paysagiste renverse accidentellement un objet coûteux chez un client.

La loi Peeters II (Peeters-Ducarme, entrée en vigueur le 1er juillet 2019) a instauré une obligation d’assurance responsabilité civile professionnelle pour toutes les professions de services dans le secteur de la construction, en ce y compris les architectes de jardin et architecte-paysagistes.

L’assurance responsabilité professionnelle que l’ABAJP-BVTL propose en partenariat avec Protect depuis des années répond parfaitement aux exigences fixées par cette nouvelle loi. La police assure vos petits risques d’exploitation au même titre que votre responsabilité professionnelle. Dans les contrats existants, les capitaux assurés ont entre-temps été adaptés aux nouvelles normes, avec effet rétroactif au 01/01/2020. Les nouveaux contrats répondent bien évidemment aux conditions fixées par la loi Peeters II.

Vous n’êtes pas seulement responsable des éventuelles fautes professionnelles, vous avez également l’obligation légale de les assurer.

Si vous n’avez pas encore de police d’assurance responsabilité civile professionnelle, il est grand temps d’en souscrire une. Vous êtes non seulement responsable des fautes professionnelles commises, mais vous êtes également légalement tenu(e) de les assurer. En tant qu’architecte de jardin ou architecte-paysagiste, si vous ne possédez qu’une police RC Exploitation, alors votre police n’est pas conforme à la loi Peeters II et doit être remplacée ou adaptée. Si, en tant qu’architecte de jardin ou architecte-paysagiste, vous êtes non seulement responsable de la conception, mais également de l’exécution des travaux (que ce soit ou non par l’intermédiaire de sous-traitants), une police d’assurance RC Exploitation étendue à une couverture en responsabilité professionnelle peut vous offrir une solution.

Bref : il est très important de souscrire une assurance RC à part entière, qui couvre tous vos risques professionnels et grâce à laquelle vous remplissez toutes les obligations légales. Un courtier spécialisé peut apporter une plus-value dans votre recherche d’une assurance qui convient à vos activités en tant qu’architecte de jardin ou architecte-paysagiste. En tant que membre ABAJP-BVTL vous bénéficiez d’avantages pour votre assurance RC professionnelle : prime annuelle réduite et taux très avantageux pour la déclaration des dossiers ! Prenez contact sans tarder avec notre agent d’assurance partenaire RAMBOER NV et n’oubliez pas de mentionner que vous êtes membre de l’ABAJP-BVTL.

Le Centre du Paysage porte un nouveau projet de réhabilitation : Parc du BOOMMEESTER (Broucheterre – Charleroi)

Au départ, une étude de 2009 établissant que 80 % des citadins considèrent l’arbre comme la principale expression de la nature en ville. Pour répondre à cette attente, le Centre du Paysage ASBL est parti à la recherche d’un terrain, à usage de parc. Nous voulions créer un nouvel espace naturel, en ville, avec des bénévoles, et dans la foulée favoriser les liens sociaux et l’esprit du vivre ensemble. Et ce malgré l’absence de moyens financiers.

Après 3 ans de négociation, le Centre du Paysage a rencontré un premier succès ce 20 novembre 2020 : l’ASBL s’est vue confier pour les 40 prochaines années la jouissance de l’ancien site minier du Mambourg à Charleroi situé entre les rues de la Broucheterre et Piges au Croly. Ce terrain d’une superficie de 13.300 m², propriété du Service Public de Wallonie, se situe à 900 m à vol d’oiseau de l’Hôtel de ville. Au terme du bail, il sera restitué à une administration publique qui maintiendra son usage de parc.

Le Centre du Paysage n’offrira pas un copier-coller de nos parcs traditionnels (p.ex. : parc Astrid). Notre équipe s’inspirera de deux concepts : le jardin en mouvement de Gilles Clément et le jardin punk d’Eric Lenoir. Notre volonté est d’utiliser la végétation présente sur le site pour la mettre en valeur et permettre aux citoyens de découvrir la beauté d’une nature sauvage et changeante.

Vue sur le charbonnage Mambourg et l’église Broucheterre

Aujourd’hui, nous pouvons annoncer qu’à Charleroi sera créé le premier parc urbain, évolutif, participatif, citoyen et durable :

  • évolutif: il se développera dans le temps en fonction des moyens de l’association,
  • participatif: tous les bénévoles et nos membres sont conviés à sa mise en valeur,
  • citoyen: car il permettra d’embellir le cadre de vie d’un quartier minéralisé en prenant en compte les envies et les besoins de ses habitants,
  • durable: chaque aspect du projet devra respecter les 3 axes du développement durable.

Dans le principe participatif, la dénomination du parc sera soumise aux propositions des membres du projet. Jusque-là, le parc sera dénommé parc de BOOMMEESTER, un clin d’œil à Georgios Maillis, le Bouwmeester de Charleroi qui conduit et coordonne admirablement une série de projets visant à recréer une nouvelle ville.

Un second succès a pu être engrangé : le projet sera soutenu par la Fondation Roi Baudouin ce qui nous permettra d’organiser une récolte de dons fiscalement déductibles.

Pour se faire nous organisons une récolte de dons :

Cette récolte de dons extraordinaires pour notre association est soutenue par la Fondation Roi Baudoin qui nous apporte sa collaboration au projet. Les dons à partir de 40 € par an faits à la Fondation bénéficient d’une réduction d’impôt de 45% du montant effectivement versé (art. 145/33 CIR)

Versez sur le compte de projet « Centre du Paysage », géré par la Fondation Roi Baudouin, n° de compte BE10 0000 0000 0404     BIC : BPOTBEB1 de la Fondation Roi Baudouin avec la communication « 128/3277/00077 »
Plus d’informations sur le site du Centre du Paysage.

“Les jardins du château d’Annevoie, histoire et génie hydraulique”, un ouvrage signé Nathalie de Harlez de Deulin

Ce livre, édité par le SAN (Société archéologique de Namur), a été écrit par Nathalie de Harlez de Deulin (historienne des jardins, et Docteur en histoire de l’art et de l’archéologie), nous offre la première monographie sur ces Jardins, situés à Annevoie, entre Namur et Dinant, à hauteur du pont de Godinne. Des jardins qui révèlent toute leur magie, grâce à l’eau qui émaille le lieu de son et de lumière.

Une aventure hydraulique qui commence au 18ème siècle, Charles-Alexis de Montpellier, seigneur d’Annevoie et maître de forges en est l’initiateur. Les sources présentes sur le site, offrent à la fois l’énergie hydraulique, pour le fonctionnement des usines métallurgiques, et pour l’esthétique du paysage.

Son ouvrage publié par la Société Archéologique de Namur, est une étude préalable à la restauration patrimoniale, qui doit guider le propriétaire dans les choix à faire pour la restauration du domaine. Une étude financée par la fondation privée, Domaine historique du château et des jardins d’Annevoie.

Retrouvez l’interview de Nathalie de Harlez de Deulin sur la plateforme Auvio, à propos des jardins d’Annevoie.

Fiche technique :

  • Titre : Les jardins du château d’Annevoie. Histoire et génie hydraulique.
  • Auteure : Nathalie de Harlez de Deulin, Docteur en Histoire, Art et Archéologie et Historienne des jardins
  • Éditeur :  Société archéologique de Namur, Rue de Fer 35 – 5000 Namur
  • 304 pages intérieures
  • Nombreuses illustrations en couleurs (photographies et archives)
  • Format : 210 x 297mm, relié sous couverture cartonnée
  • ISBN :  978-2-9602140-4-8
  • Prix : 35€ + port (7,5€ en Belgique)
  • Infos :  081/840.200 ou info@lasan.be

UN CHEMIN DE LA PAIX DANS LES HAUTS-DE-FRANCE > UN PARCOURS CRÉATIF & PAYSAGER SUR LES LIEUX DE MÉMOIRE DE LA GRANDE GUERRE

> INAUGURATIONS MARDI 19 NOVEMBRE
dans le cadre du programme européen
INTERREG France-Wallonie-Vlaanderen Micro-projet | Microproject PLATo

du Jardin de la Paix belge à Le Quesnoy, 15h30
et du Jardin de la Paix français à Passchendeale, 11h30

Blessée par la brutalité des conflits du XXe siècle, la région Hauts-de-France a choisi de célébrer le patrimoine de demain et d’affirmer sa résilience dans l’art paysager en créant un parcours sur les lieux de mémoire de la Grande Guerre : les Jardins de la paix | Hauts-de-France.

Projet paysager unique sur les hauts lieux du souvenir de la Première Guerre mondiale, c’est un circuit inédit du devoir de mémoire qu’Art & jardins | Hauts-de-France et la Mission du Centenaire de la Première Guerre mondiale ont ainsi imaginé aux couleurs des nations meurtries qui ont choisi d’embrasser la cause de la pacification du monde contemporain.

Les architectes paysagistes bruxellois Mathieu Allain et Thomas Van Eeckhout, membres de l’ABAJP, ont été sélectionnés pour représenter la Belgique. Leur oeuvre s’installe au pied du rempart de la ville de Le Quesnoy, dans le département du Nord, et sera inaugurée le 19 novembre. En parallèle à l’inauguration de ce jardin commémoratif belge installé en France, un jardin français sera inauguré à Passchendaele, en Belgique.

 

 

Modification du taux de TVA applicable à la fourniture de plantes et de fleurs destinées à l’aménagement et à l’entretien de jardins

Le Moniteur de ce jour publie une loi du 27.02.2019 modifiant l’arrêté royal n° 20 du 20 juillet 1970 fixant les taux de la taxe sur la valeur ajoutée et déterminant la répartition des biens et des services selon ces taux en ce qui concerne le taux de T.V.A. applicable à la fourniture de plantes et de fleurs destinées à l’aménagement et à l’entretien de jardins.

À l’heure actuelle, le taux de TVA réduit de 6 % s’applique à la fourniture de plantes et de fleurs destinées à l’aménagement et à l’entretien de jardins uniquement si le consommateur achète ces plantes et ces fleurs directement chez un horticulteur.

Afin de lutter contre la fraude et la concurrence déloyale, et pour éviter que les propriétaires de jardins achètent leurs plantes eux-mêmes et à leurs risques, cette loi étend le taux réduit de TVA à la fourniture de plantes et de fleurs par un entrepreneur de jardins.

Entrée en vigueur: 1er avril 2019

Lien vers le Moniteur belge : http://www.ejustice.just.fgov.be/cgi/article.pl?language=fr&caller=summary&pub_date=2019-03-14&numac=2019011169%0D%0A

In memoriam Jacques Wirtz (1924-2018)

Notre doyen d’âge, l.ar. Jacques WIRTZ, membre fidèle et exemplaire et membre honoraire de l’ABAJP est décédé samedi passé, le 21 juillet 2018 à l’âge de 93 ans. Jacques laisse derrière lui,une œuvre riche, diverse et internationale : de petits jardins privés, des vrais bijoux, des 1957 à des réalisations prestigieuses dans de grandes demeures privées comme Alnwick en Grande-Bretagne, d’interventions subtiles dans le parc Cogels à Schoten dans les années 1970 à la réalisation audacieuse des jardins de la Carrousel au musée du Louvre à Paris. Son travail fut boosté avec la réalisation du pavillon belge à la légendaire exposition universelle d’Osaka en 1970.

Jacques avait le respect et la sympathie des autres membres de l’ABAJP. Le conseil d’administration de l’ABAJP, rend hommage avec une très belle photo et le communiqué de presse en anglais de Wirtz Landscape Architects, à ce confrère exceptionnel et aimable, exprime ses condoléances à nos membres Peter et Martin Wirtz et aux autres membres de la famille et aux collaborateurs de Jacques, et invite les membres à lui rendre un dernier salut lors de la cérémonie funéraire le samedi 28 juillet à 10h30 à l’église Sint Paulus, Veemarkt 13 à 2000 Anvers.

Assemblée générale 2017

Assemblée générale 2017

Dans le cadre de la prochaine assemblée générale, l’ABAJP donne rendez-vous à ses membres le Samedi 21 octobre 2017 à Liège.

Une visite des coteaux de la citadelle aura lieu à cette occasion.

D’autres informations plus précises parviendront aux membres prochainement.

Cette journée est organisée avec la collaboration du Mouvement des Architectes Paysagistes de  la région de Liège et de la ville de Liège.

L’ABAJP présente à Batibouw 2016

Batibouw jardinierCette nouvelle édition du salon Batibouw, qui se déroulera du 25 février au 6 mars 2015, verra le jour d’un nouveau concept : La chambre verte.

Comme son nom l’indique, la Chambre Verte représente plusieurs espaces situés à l’extérieur où l’on peut profiter d’un cadre verdoyant. À travers quatre thèmes vous pourrez découvrir ces espaces qui ont chacun une ambiance différente.

Des membres de l’ABAJP-BVTL assureront une permanence durant le salon Batibouw (tous les jours de 10h à 18h ainsi que lors des nocturnes).

Vous trouverez plus d’informations sur le site du salon : www.batibouw.be.